Dicodorus Anastasius

SORIN CĂ©line

Quand on terrorise tous les animaux obligĂ©s de venir Ă  la riviĂšre, forcĂ©ment on vit sans amis. Dicodorus Anastasius, le crocodile solitaire, ne pense qu’aux bons repas de la semaine (lundi, soupe de zĂšbre, mardi soupe d’autruche), quand un vieux gnou, Ă  demi-sourd et Ă  moitiĂ© aveugle, lui fait dĂ©couvrir le bonheur d’avoir un ami ; mais pas Ă  n’importe quel prix : Dico, doit renoncer dĂ©finitivement Ă  son rĂ©gime carnivore. Il consent, moyennant une petite entorse, et connaĂźt la joie de voir venir Ă  lui tous ceux qui le fuyaient.

Céline Sorin ne cache pas que ses dessins nets, plume, aquarelle et fantaisie sur fond blanc, doivent beaucoup à Kitty Crowther ; ils illustrent avec humour ce petit conte, excellente premiÚre lecture, ce genre difficile. Elle aurait simplement gagné à dire plus clairement à son jeune public que, pour vivre, un crocodile a besoin de son gigot de gazelle, le mercredi.