Civilizations

BINET Laurent

Et si
 au lieu du fils d’Erik le Rouge, c’était sa fille, tout aussi rousse, qui voyageait vers Cuba et l’AmĂ©rique du Sud ? Et si, au lieu de revenir en Espagne, Christophe Colomb Ă©tait mort, seul et vieux, Ă  Cuba ? Et si, au lieu d’ĂȘtre vaincus par les conquistadors, les Incas de Quito avaient restaurĂ© leurs bateaux, traversĂ© l’Atlantique et conquis l’Europe ? Et si CervantĂšs, soldat d’aventures, avait Ă©migrĂ© Ă  Cuba ?   Avec quatre Ă©pisodes-pastiches, Laurent Binet, familier de l’uchronie (La septiĂšme fonction du langage, NB novembre 2015), donnant aux Indiens le cheval, le fer et les anticorps, construit avec brio une nouvelle face de l’Histoire. Son imagination tricote un rĂ©cit se rattachant toujours Ă  un fait historique ou Ă  un personnage rĂ©el, confĂ©rant Ă  sa fable une certaine crĂ©dibilitĂ©. Balayant les annĂ©es de 1492 Ă  1571, il critique le christianisme intolĂ©rant de l’époque. On s’amuse Ă  cette reconstruction du passĂ© qui bouscule malicieusement croyances et coutumes ; on tĂąche de dĂ©crypter les allusions ingĂ©nieuses, de suivre les fils d’un rĂ©cit irrĂ©vĂ©rencieux nourri par une trĂšs vaste culture ; on passe un excellent moment. GĂ©nial et jubilatoire ! (E.B. et B.Bo.)