Chien d’hiver.

MacLEOD Alistair

& &

 

Contrairement √† La perte et le fracas (N.B. juin 2001), ce livre, s‚Äôil traite du m√™me sujet, celui des √©migr√©s √©cossais √©tablis au nord-est du Canada aux alentours du Cap Breton, n‚Äôest pas v√©ritablement un roman mais une fresque, une suite d‚Äôhistoires. Dans chacune d‚Äôelles, l‚Äôauteur fait parler un membre d‚Äôune famille qui retrace les conditions de vie de ses anc√™tres et fait revivre les m√©tiers exerc√©s par ces exil√©s courageux¬†: p√™che au homard, cabotage entre les √ģles, culture et √©levage sur des terres ingrates, travail inhumain dans les mines, gardien de phare‚Ķ Les √©pouses, des ma√ģtresses-femmes, souvent veuves avant l‚Äôheure, √©l√®vent vaillamment une nombreuse prog√©niture. La fid√©lit√© aux traditions ga√©liques est le ciment de ces familles qui parlent entre elles leur langue et aiment √† chanter les vieilles m√©lodies.

 

Dans un style très descriptif, l’auteur rend vivantes et attachantes ces histoires et explique bien l’évolution des mentalités de génération en génération. Si la vie est rude, parfois violente, les coeurs savent aussi fondre comme la glace pour une entraide indispensable dans ce sale froid de Chien d’hiver.