Charlie et la chocolaterie

DAHL Roald, BLAKE Quentin

L’histoire, bien connue, est inchang√©e. Le texte est √©lagu√© afin de tenir sur une vingtaine de pages. Il est compl√©t√© des dessins de Quentin Blake (est-il utile de le pr√©senter ?) et anim√© de pop-ups. On d√©couvre ainsi la chocolaterie, l’arriv√©e des familles le jour de la visite, la transformation de Violette en myrtille, le grand ascenseur de verre, et tous les titres de chapitres. Il contient √©galement des volets √† soulever et des tirettes – pratiques pour faire dispara√ģtre, l’un apr√®s l’autre, tous ces affreux gamins mal √©lev√©s. C’est gai et vivant :un festival de couleurs joyeuses et fra√ģches, y compris en fond du texte, illumine les pages, et¬† Willy Wonka semble toujours en train de danser. Mais cela n’apporte rien de fondamental au texte original, sinon d’en faire une lecture plus rapide, et donc accessible √† de plus jeunes enfants.