Adrien ou Un songe russe

CHIKOFF Irina de

Adrien a perdu sa grand-mère adorée, la fantasque Sophie, fille d’émigrés née à Paris, qui incarne pour lui l’âme russe. Parti à la recherche de son identité dans la Russie de la Glasnost, il ne rencontre que des Russes décevants : désabusés, insatisfaits, ou pire, malhonnêtes. Le jeune homme brode l’histoire de ses arrière-grands-parents à partir des récits colorés de Sophie dont il a été nourri, et des traces d’un passé qu’il traque. Mais la mémoire affabule et les soi-disant preuves exhumées par des faussaires indélicats ne sont que le reflet de son imagination. Cependant, la Russie c’est aussi Véra, différente de Sophie, avec laquelle Adrien rentre, abandonnant ce qui n’est qu’« Un songe russe ». Irina de Chikoff se montrait déjà attachante dans Sainte-Lune (NB octobre 2004). Ici, les thèmes, exil, difficulté d’être adulte, rêve parlent à toutes les sensibilités. Mais ce roman est aussi amer dans sa vision d’une Russie en pleine déréliction : misère, beuverie, stupidité et bassesse. Cela correspond-il à une réalité ?