Yousouf le flamboyant.

FLEURY Georges

Yousouf, n√© sur l’√ģle d’Elbe o√Ļ il v√©cut jusqu’en 1815, fut captur√©, enfant, par des barbaresques. Vendu comme esclave au bey de Tunis, devenu son prot√©g√©, il le resta jusqu’√† son bannissement provoqu√© par son aventure amoureuse avec la fille de ce dernier. Contraint de fuir, il rallia en 1830 l’arm√©e fran√ßaise qui s’appr√™tait √† entreprendre la conqu√™te de l’Alg√©rie dont il devint un h√©ros mythique. Brillant cavalier, sabreur intr√©pide, rival acharn√© d’Abd el-Kader, il parlait le turc et l’arabe. Tr√®s appr√©ci√© des autorit√©s officielles, il termina sa carri√®re comme g√©n√©ral fran√ßais. C’est le parcours de cet homme √† la belle prestance, fid√®le √† son choix, initiateur des unit√©s de spahis dont il inspira le costume, que conte Georges Fleury, auteur f√©cond, grand connaisseur du territoire alg√©rien et admirateur de gens illustres (Cf. Nelson, h√©ros absolu : r√©cit biographique, N.B. mai 2004). Un copieux r√©cit int√©ressant par ses r√©f√©rences historiques, souvent encombr√© de d√©tails pu√©rilement romanc√©s, dont le style est moins flamboyant que le personnage √©voqu√©.