Voltaire le culte de l’ironie

RICHELLE Philippe, BEURIOT Jean-Michel

1765. Voltaire vit ses derni√®res ann√©es en son ch√Ęteau de Ferney, entour√© de sa ni√®ce et de son secr√©taire. Il re√ßoit la visite de Lasalle √† qui il a demand√© de lui √©crire ses m√©moires‚Ķ en commen√ßant par ses souvenirs d‚Äô√©colier √† Louis le Grand chez les J√©suites, o√Ļ ne se pratiquait pas seulement ¬ę¬†la rime¬†¬Ľ¬†!¬†Tr√®s attir√© par le luxe, les femmes et la vie aristocratique, il veut √™tre √©crivain, au grand dam de son p√®re qui le voit d√©j√† conseiller au Parlement, ce qu‚Äôun roturier nomm√© Fran√ßois-Marie Arouet peut esp√©rer de mieux‚Ķ

¬†Philippe Richelle s‚Äôest √©vertu√© √† travers cette pseudo biographie √† saisir par touches et anecdotes la personnalit√© complexe d‚Äôun des philosophes les plus connus du XVIIIe si√®cle. Il le d√©peint √† la fois brillant et tr√®s cultiv√©, travailleur infatigable, souvent roublard, grand profiteur aupr√®s des puissants qu‚Äôil √©trillait anonymement dans ses innombrables libelles, mais aussi d√©fendeur acharn√© des causes perdues‚Ķ Le dessin aquarell√© de Jean-Michel Beuriot, tout √† la fois l√©ger, pr√©cis et doux, donne une atmosph√®re intime au r√©cit et restitue fort bien la vie en ce si√®cle des lumi√®res mais aussi des plaisirs. L‚Äôauteur de Zadig n‚Äôaurait s√Ľrement pas reni√© cet excellent album. (C.D. et D.L.)