Vers l’aube

COOPER Dominic

Le jour du mariage de sa fille unique, terrifié à la pensée de se retrouver seul avec sa femme Munro quitte la cérémonie, incendie sa maison et s’enfuit dans la forêt de son île natale sur la côte ouest de l’Écosse. Marchant jour et nuit, à travers collines, falaises et lacs, il arrive épuisé chez sa soeur Bessie, déjà au courrant du drame par une lettre du pasteur. Poursuivant sa fuite solitaire, il finit par se persuader que sa seule chance de salut est de rentrer chez lui en demandant l’assistance du pasteur. Mais, le retour de cet homme brisé se conclut tragiquement.

 

Peu disert, Munro, méprisé par sa femme, a sombré depuis longtemps dans un désarroi viscéral sans que personne ne s’en préoccupe. Après son coup de folie, sa double fuite en avant à travers les espaces d’une nature à la fois grandiose et hostile, conjuguée avec l’obsession de retrouver, après les humiliations du passé, un renouveau de dignité est bien analysé. Le parallèle permanent entre la grandeur d’une nature impavide et le combat désespéré d’un homme écrasé par le destin fait de ce roman une oeuvre originale et attractive, soutenue, au demeurant, par un style enlevé et réaliste.