Une proie mortelle.

SANDFORD John

Revoilà Lucas Davenport, l’inspecteur de Minneapolis bien connu des lecteurs et revoilà aussi Clara la tueuse à gages d’Une Proie Certaine (N.B. août-sept. 2001). Comme l’inspecteur la connaît bien et qu’elle recommence à faire des siennes à Saint Louis (Missouri), le FBI l’a appelé à la rescousse. En effet, alors qu’elle s’assagissait, se mariait, attendait un enfant, elle a perdu mari et bébé assassinés par erreur à sa place par la mafia. La haine aux tripes, elle jure de se venger. Comme elle est armée jusqu’aux dents et sait parfaitement bien tirer, les fausses pistes et les vrais macchabées abondent, et voilà le FBI obligé de protéger des truands qui n’aiment guère qu’on se mêle de leurs affaires.

 

Pris entre les feux et les mensonges de la police, des truands et de la tueuse, les règlements de comptes des uns et des autres, le lecteur est mené tambour battant. Du sang et des cadavres, mais aussi de l’astuce, de l’humour, de la tendresse, un mélange plutôt réussi.