Une fenêtre au nord.

POMBO √Ālvaro

Jeune, distingu√©e, imaginative, d’une √©loquence fascinante, Isabelle de la Hoz est un peu ‚Äúzinzin‚ÄĚ. Dans Santander, sa ville natale, on dit de ce genre de personnes qu’elles ont Une fen√™tre au nord ! Allergique √† tout ce qui est convenu, ses parents, les partis qu’on lui destine, elle estime que suivre au Mexique un inconnu, revenu se chercher une √©pouse dans sa m√®re patrie, est le comble du romantisme. Vu les circonstances, son r√™ve de l√©gende aventuri√®re va d√©passer ses attentes. Le gouverneur Calles ayant, en 1924, priv√© les catholiques de leurs droits civiques, ces derniers se sont soulev√©s et Isabelle s’improvise pasionaria des paysans soldats du Christ : les Cristeros… ¬†Sur un ton d’autant plus sentencieux qu’il d√©veloppe des situations limites ou grotesques, le r√©cit suit imperturbablement son cours pour en souligner l’ironie. Style √† l’ancienne (Cf. La Quadrature du cercle, NB juin 2002) et forme moderne d’une seule coul√©e, l’auteur joue les contrastes √† tous les niveaux et compose le roman s√©rieusement pittoresque et dr√īle d’une h√©ro√Įne au petit pied.