Une famille

LE-TAN Cléo

√Ä cinquante-deux ans, Michel annonce √† ses trois enfants qu‚Äôil quitte sa femme apr√®s vingt-sept ans de vie commune pour rejoindre une jeune Nig√©riane enceinte de lui. Artiste peintre, Michel, bon p√®re, a tent√© pendant toutes ces ann√©es de maintenir le cap conjugal et travaill√© ¬ę¬†d’arrache-pinceaux¬†¬Ľ pour offrir √† sa femme les √©chapp√©es belles dont elle √©tait friande. L’√©quilibre est pr√©caire, les enfants grandissent entre ce p√®re, g√©n√©reux et aimant, et une m√®re n√©vros√©e…¬†En grande partie inspir√© directement par les personnages de sa propre famille, ce premier roman de Cl√©o Le-Tan est d‚Äôun abord un peu brutal et choquant. En effet, si le p√®re est d√©peint avec beaucoup de pr√©cision, de tendresse et de douceur, le portrait de la m√®re est sans piti√©. Une longue pr√©sentation des √©poux, des enfants, des grands-parents cherche √† √©tablir la gen√®se des relations entre eux tous. La benjamine, qui vit au plus pr√®s ce naufrage familial, pr√©sente sa m√®re comme √©gocentrique, jalouse de ses filles, avare et psychiquement instable. On a de la peine √† suivre la d√©ch√©ance maternelle et √† croire √† sa seule responsabilit√©. Un style lapidaire acc√©l√®re l’√©clatement de cette famille peu ordinaire.