Une Chinoise ordinaire

FI√ąRE St√©phane

√Ä P√©kin, une tr√®s belle jeune femme, Ai Guo, a fui la mis√®re des faubourgs crasseux et la pauvret√© des petites ouvri√®res √† la cha√ģne pour devenir call-girl de luxe. Elle s‚Äôadonne √† un commerce sexuel raffin√© des plus lucratifs pour vivre dans la richesse. Sans morale, mais sans perversion, froidement, Ai Guo se construit une vie fastueuse en assouvissant les d√©sirs sexuels de riches Europ√©ens d‚Äôun certain √Ęge en qu√™te d‚Äôexotisme. Alors qu‚Äôun nouveau voisin s‚Äôinstalle en face de chez elle, elle commence √† sentir le vide de ses √©treintes tarif√©es‚Ķ¬†St√©phane Fi√®re conna√ģt parfaitement la Chine (Caprices de Chine, NB ao√Ľt-septembre 2008), le mandarin et ses finesses. Il prend ici la voix d‚Äôune femme pour aborder une critique de cette Chine √† deux vitesses, o√Ļ se juxtaposent les pauvres, incultes et harass√©s de travail, et les nouveaux riches, inf√©od√©s au dieu Argent. Il donne aussi la parole √† ceux qui ont choisi d‚Äôimmigrer en Europe. Le monologue de la narratrice ‚Äď fait de longues phrases, encha√ģnant les r√©p√©titions, dans un style vivant, tr√®s cru ‚Äď prend le lecteur √† parti. R√©aliste, sem√©e d‚Äôexpressions chinoises, cette langue nous entra√ģne dans une danse vibrante et d√©paysante. Original.