Un millier de mensonges

WILSON Laura

Amy, journaliste londonienne, découvre une parenté que sa mère décédée lui avait cachée. Leslie, son grand-oncle par alliance, avait pendant de nombreuses années abusé sexuellement de ses deux filles, Sheila et Mo. La mère, Iris, elle-même souvent sauvagement battue par son mari, le laissait faire. Cette famille donnait à l’extérieur l’impression d’être unie et paisible, Leslie imposant aux siens un secret souriant, jusqu’au jour où son cadavre a été découvert. Sheila a revendiqué le meurtre de son père, mais sa nièce Amy, formée à l’investigation journalistique, en doute et mène son enquête. D’autres morts violentes, dont celle d’un nouveau-né, ont marqué cette famille infernale.  Même si le trait est un peu outré, la personnalité monstrueuse de Leslie se rencontre, hélas !, dans la réalité, et elle est bien observée. Les dialogues expriment justement, jusque dans les faux-fuyants, les sentiments souvent subtils ou équivoques des divers personnages. Ce roman, plus psychologique que policier, semble être le meilleur de Laura Wilson (L’amant anglais, NB mai 2005).