Train de nuit avec suspects.

TAWADA Yoko

Destination Irkoutsk, B√Ęle ou Bombay, roulent les trains de nuit avec leurs gares, leurs retards et leurs passagers qui partagent pour quelques heures l’intimit√© la plus d√©sarm√©e, celle du sommeil. La voyageuse, une timide et modeste danseuse qui va de sc√®ne en sc√®ne, les a souvent pris et un narrateur, ‚Äúdeus ex machina‚ÄĚ ferroviaire, raconte √† sa place ses trajets anciens ou r√©cents et ses rencontres, bizarres, oniriques, inqui√©tantes, comiques parfois, qui se succ√®dent, sans se ressembler. Ces r√©cits √† la deuxi√®me personne, avec la distance que ce proc√©d√© instaure, accentuent le malaise d√©j√† cr√©√© par la nuit mouvante, le huis clos des wagons et la vuln√©rabilit√© de la jeune femme. ¬†Yoko Tawada vit en Allemagne, √©crit en allemand aussi bien qu’en japonais (cf. analyse pr√©c√©dente et Opium pour Ovide : notes de chevet sur vingt-deux femmes, NB novembre 2002) ; elle a sans doute beaucoup fantasm√© dans les trains de nuit et restitue, avec une invisible adresse, une exp√©rience personnelle sublim√©e par un talent litt√©raire √©vident.