Si la gauche savait : entretiens avec Georges-Marc Benamou.

ROCARD Michel

Plaidoyer pro domo ? Règlement de comptes ? Au cours de dix “conversations” avec Georges-Marc Benamou, spécialiste de la formule et des interlocuteurs concernés (Le Dernier Mitterrand, NB février 1997), Michel Rocard parcourt sa carrière politique (évoquant très peu sa vie privée), utilisant sans vergogne les deux procédés. Une autosatisfaction parfois naïve, fondée sur un parcours brillant (« … qui m’ont permis d’être un des meilleurs Premiers ministres de la Ve République »), une rancoeur féroce à l’encontre d’adversaires (Mitterrand, Fabius…) marquent fortement ses souvenirs. Parmi les réussites de sa carrière avec la “deuxième gauche”, Michel Rocard insiste sur ses méthodes, son goût pour la décentralisation, la négociation, le réformisme, ses alliances avec les catholiques, l’apaisement en Nouvelle-Calédonie, le RMI, la CSG.

 

Ces échanges de vue détaillés nécessitent toutefois de bien connaître la pensée, le poids des multiples tendances, le rôle des congrès, les affinités et rivalités personnelles si l’on ne veut pas rester sur la seule impression d’une gauche limitée à une opposition entre deux clans rivaux.