Rien n’est jamais fini : souvenirs

BRISVILLE Jean-Claude

Jean-Claude Brisville est l’auteur de pi√®ces de th√©√Ętre r√©put√©es. Quant para√ģt Quartiers d’Hiver (N.B. mars 2006), une suite se pr√©pare. La voici. L’auteur y m√™le, dans un d√©sordre apparent, des bribes de sa petite enfance, vives et sensuelles, des souvenirs de films, de livres et d’√©crivains – souvent aim√©s, mais il a parfois la dent dure. Aphorismes et citations se croisent, qui ne procurent pas tous le m√™me plaisir de lecture. L’√©crivain constate avec horreur les d√©gradations physiques de la vieillesse. Cependant des piles de livres l’attendent sur son divan, son dernier chat ne le quitte jamais, et une jeune fille en fleur peut encore provoquer un coup de foudre, ¬ę √† blanc ¬Ľ pr√©cise-il ! Il aurait aim√© vivre au XVIIIe si√®cle : du n√ītre, le bruit, la promiscuit√©, la d√©bandade de la syntaxe et du vocabulaire le d√©couragent, voire le r√©vulsent. Quotidiennement il √©crit – je griffonne, dit-il. Il est trop modeste. La puret√©, la pr√©cision et le charme de sa langue attestent son talent.