Rebelles

GODBERSEN Anna

Manhattan, 4 octobre 1899, la grande bourgeoisie new-yorkaise se retrouve aux portes de l’église épiscopale Grace pour célébrer les funérailles de la jeune et ravissante Elisabeth Holland, disparue mystérieusement deux jours avant son somptueux mariage avec le riche et séduisant Henry Schoonmaker. À l’instar de son illustre aînée Edith Wharton (1862-1937), Anna Godbersen a choisi pour ce premier roman cette période très particulière du « Gilded Age » (« Age doré ») à New York où l’argent était une condition nécessaire mais non suffisante pour être admis dans la haute société. Les différents personnages illustrent chacun un aspect social de ce monde en pleine évolution : tous sont soumis à des carcans sociaux dont seuls l’amour ou la trahison parviendront à les libérer.

 

Ce drame chic et grinçant, s’appuyant sur les gazettes de l’époque, est une peinture riche et puissante d’un monde où le paraître écrasait l’être. Séduction, héritage, amours impossibles, mensonges et secrets se mêlent habilement, entraînant le lecteur dans fêtes et scandales pour son plus grand plaisir. Une saga à suivre…