Raspoutine

GU√ČRAUD Guillaume, DANIAU Marc

& & &

 

√Ä cause de sa longue barbe noire et de son regard effrayant, Ferdinand le mendiant avait √©t√© surnomm√© Raspoutine. Il faisait partie du d√©cor de ce quartier populaire, le jour sur le trottoir, la nuit dans une vieille carcasse de voiture ; c’√©tait un individu √©trange, abonn√© au gros rouge, qui passait son temps √† mettre en garde ¬ę contre eux ¬Ľ . Un jour o√Ļ la neige √©tait tomb√©e en abondance, Raspoutine improvisa une luge. Un beau souvenir pour ces gamins riant de joie assis derri√®re Ferdinand. Dernier hiver pour Raspoutine, mort l’√©t√© suivant.

√Ä travers le regard d’un enfant, exempt de jugement moral ou de piti√©, une √©vocation du monde de certains marginaux qui ne peut laisser indiff√©rent. En harmonie avec le texte, l’image sur double page peint l’animation de la rue, un bas de porte‚Ķ Les illustrations au pinceau, d√©filant √† hauteur du regard de l’√©colier, donnent vie √† certaines sc√®nes et rendent attachant un personnage a priori peu engageant.