Qu’elle repose en paix.

KELLERMAN Jonathan

À Los Angeles le cĂ©lĂšbre tandem policier-psychologue, l’inspecteur Milo Sturgis et son ami le docteur Alex Delaware (cf. La clinique, N.B. oct. 1998), est amenĂ©s Ă  rouvrir une enquĂȘte qui a Ă©tĂ© manifestement Ă©touffĂ©e, il y a vingt ans. Comme souvent chez cet auteur, celle-ci porte sur le cadavre d’une jeune fille, affreusement mutilĂ©. Les deux compĂšres vont Ă©tudier ensemble ou sĂ©parĂ©ment les quelques indices qui subsistent et font apparaĂźtre peu Ă  peu les multiples protagonistes de l’affaire, protĂ©gĂ©s par leur fortune et leur situation sociale. Les pistes se croisent et s’entrecroisent, brouillant les portraits des « bons » et des « mĂ©chants ».

 

Dans ce douziĂšme roman de Jonathan Kellerman, ainsi que dans les prĂ©cĂ©dents, les mĂ©andres de l’intrigue s’Ă©tirent un peu trop longuement ; la multiplicitĂ© des personnages qui interviennent nuit aussi au maintien du suspense. Mais encore une fois, l’auteur sait admirablement alterner les scĂšnes de cruautĂ© absolue avec des scĂšnes de tendresse et d’humanitĂ©.