Qu’elle repose en paix.

KELLERMAN Jonathan

√Ä Los Angeles le c√©l√®bre tandem policier-psychologue, l’inspecteur Milo Sturgis et son ami le docteur Alex Delaware (cf. La clinique, N.B. oct. 1998), est amen√©s √† rouvrir une enqu√™te qui a √©t√© manifestement √©touff√©e, il y a vingt ans. Comme souvent chez cet auteur, celle-ci porte sur le cadavre d’une jeune fille, affreusement mutil√©. Les deux comp√®res vont √©tudier ensemble ou s√©par√©ment les quelques indices qui subsistent et font appara√ģtre peu √† peu les multiples protagonistes de l’affaire, prot√©g√©s par leur fortune et leur situation sociale. Les pistes se croisent et s’entrecroisent, brouillant les portraits des ¬ę¬†bons¬†¬Ľ et des ¬ę¬†m√©chants¬†¬Ľ.

 

Dans ce douzi√®me roman de Jonathan Kellerman, ainsi que dans les pr√©c√©dents, les m√©andres de l’intrigue s’√©tirent un peu trop longuement ; la multiplicit√© des personnages qui interviennent nuit aussi au maintien du suspense. Mais encore une fois, l’auteur sait admirablement alterner les sc√®nes de cruaut√© absolue avec des sc√®nes de tendresse et d’humanit√©.