Quatre points et demi

YUN SEOK-JUNG, LEE YOUNG-KYUNG

& & &  

 

Une petite fille en jupe rouge trottine jusqu’√† la boutique du voisin pour demander l’heure √† un homme qui bricole un poste de radio : ¬ęquatre points et demi !¬Ľ. ¬ęQuatre points et demi¬Ľ fait la poule qui picore ou les fourmis qui d√©filent. ¬ęQuatre points et demi¬Ľ disent les libellules qui virevoltent. Et la fillette s’attarde dans un pr√© fleuri. Le soleil est couch√© quand elle rentre annoncer fi√®rement √† sa m√®re : ¬ęquatre points et demi !¬Ľ

Le texte, traduit d’un po√®me cor√©en, joue en peu de mots sur cette fa√ßon ancienne de donner l’heure √† la campagne et sur le refrain qui scande le r√©cit. L’image se charge peu √† peu de d√©tails : ext√©rieur de la boutique, capharna√ľm de l’int√©rieur, animaux √† l’assaut de la page, fleurs envahissant tout l’espace. Les couleurs sont doucement aquarell√©es : verts et ocres relev√©s du rouge du v√™tement, de la cr√™te de la poule et des fleurs. Un texte √† lire en accentuant le refrain, en d√©couvrant la profusion de d√©tails d’un quotidien proche et diff√©rent √† la fois.¬†