Quatre ? Dernier acte ; 4

BILAL Enki

 

&&  

 

Difficile d‚Äô√©viter les redites √† la lecture du quatri√®me et dernier album de la t√©tralogie du monstre. Comme annonc√© dans l‚Äôalbum pr√©c√©dent Rendez-vous √† Paris (N.B. juillet 2006), les trois orphelins de Sarajevo propuls√©s, adultes, aux quatre coins de la plan√®te, voire plus loin encore, se retrouvent pour un √©bouriffant souper autour d‚Äôune table suspendue dans l‚Äôair d‚Äôun palace parisien, avec en toile de fond la tour Eiffel. Avec leur deus ex-machina Warhole Holeraw ‚Äď au visage de m√©duse enneig√©e¬†! – qui manipule leur histoire depuis son origine, Nike, Amir, Leyla sont donc quatre pour clore ce tome quatri√®me.

Séduit depuis toujours par la magie du graphisme de la série mais décontenancé par sa narration hyper-bouleversée et énigmatique, le lecteur peut maintenant, en relisant tous les tomes, tenter de trouver du sens à cette longue errance mélancolique et poignante dans un univers de science-fiction apocalyptique proche. Y parviendra-t-il ? Certainement pas facilement : dans ses interviews, Bilal, peintre et moraliste, invite explicitement ses lecteurs à l’effort !