Promenades en zone rouge

LE GRAND Alain

Dans un pays sans nom, quelque part en Am√©rique latine, des hommes et des familles parmi les plus pauvres et les plus d√©munis sont humili√©s, tromp√©s, an√©antis par la violence. Point commun des onze nouvelles : la peur. Sournoise quand elle frappe cette pauvre famille de fermiers, oblig√©e de tout abandonner sous la menace d‚Äôhommes arm√©s. Diabolique quand elle oblige un cur√© de campagne √† solliciter l‚Äôaide d’un ca√Įd de la drogue pour sauver son orphelinat. Vile quand elle fait vivre un cameraman qui filme le massacre √† la hache d‚Äôun prisonnier encagoul√©.

 

√Ä travers ces nouvelles l‚Äôauteur d√©nonce, d’une √©criture sans √©motion, une soci√©t√© violente, corrompue, o√Ļ la peur, insidieuse, mortelle et m√™me institutionnalis√©e, est le plus souvent le fruit de la loi du plus fort, celle qui anesth√©sie, fait √©clater des vies.