Profanes

BENAMEUR Jeanne

Octave Lassale, quatre-vingt-dix ans, vit seul dans sa grande maison. Il d√©cide d’engager quatre personnes √† son service pour l’aider dans sa fin de vie. La pr√©sence de ces accompagnateurs scande les journ√©es du vieil homme qui laisse ses souvenirs affluer. Par le biais de ces destins crois√©s, il cherche surtout √† √©chapper au chagrin qui le mine depuis tant d’ann√©es : la mort accidentelle de sa fille dont il n’arrive pas √† faire le deuil…¬†Jeanne Benameur nous r√©-enchante apr√®s Les Insurrections singuli√®res (Livre du Mois NB janvier 2011). Ce dernier roman, s’il s’intitule Profanes, touche en fait au sacr√©. Sous la plume si po√©tique de l’√©crivain, la p√Ęte humaine de ses personnages prend une vie, un √©lan et une intensit√© rares. Ces cinq parcours avec leurs manques, leurs douleurs et leurs esp√©rances, sont criants de beaut√© et de v√©rit√©. Des liens se tissent en demi-teintes des ombres se dessinent en clair-obscur, et √† t√Ętons, les vies se construisent ou se terminent. Avec le doute pour guide mais aussi la lumi√®re. Et quand la mort arrive, c’est pour mieux c√©l√©brer la vie. Voici un hymne magnifique au dialogue interg√©n√©rationnel et √† l’esp√©rance.