Place des Vosges

BRAUDEAU Michel

Au d√©but des ann√©es soixante-dix, en ces temps d’apr√®s mai 68 o√Ļ tout semble possible, Michel Braudeau (Caf√© : caf√©s, NB octobre 2007) a vingt-cinq ans et loue avec six amis un grand appartement Place des Vosges. Le quartier n’est pas encore √† la mode et les gens les plus divers s’y c√ītoient. Quarante ans apr√®s, il se rem√©more cette p√©riode de sa vie, d√©cisive pour sa formation intellectuelle et ses choix professionnels. Apr√®s Sciences Po et des √©tudes de linguistique, il peine √† se fixer, vagabonde entre traduction, √©criture, journalisme et voyage beaucoup. Il revit ses nombreuses rencontres racont√©es avec sa ma√ģtrise habituelle. Gr√Ęce √† l‚Äô√©diteur Jean Cayrol, il fr√©quente, entre autres, Barthes, Sollers, Lacan, Jean-Edern Hallier, le borgne sulfureux. Et puis, il y a les nombreuses femmes dont il est successivement amoureux, √† cette √©poque de lib√©ration sexuelle, sur fond de musique pop, d’alcool et de drogue. Ce r√©cit subjectif invite √† revisiter une √©poque r√©volue. ¬†(C.P. et M.S.-A.)