Pied-de-fer (Asgard ; 1)

DORISON Xavier, MEYER Ralph

NĂ© avec un pied en moins, le bĂ©bĂ© est maudit et innommable au sens propre du terme : telle est la tradition viking. Leif, le pĂšre, la rejette avec rage et baptise son fils Asgard, mĂ©prisant la colĂšre des dieux. 40 ans plus tard, Asgard, alias Pied-de-fer, est une force de la nature, extrĂȘmement habile, mystĂ©rieux et solitaire : sa difformitĂ© est toujours tabou pour les siens. C’est pourtant lui qui est choisi par le seigneur du lieu pour dĂ©barrasser la contrĂ©e d’un gigantesque monstre aquatique sanguinaire. Belle occasion pour Asgard de prendre sa revanche sur la vie en mĂȘme temps que sur le « Serpent Monde », qu’on dit annonciateur de la fin des temps.

Tout l’album repose sur la lutte entre l’homme et la BĂȘte, splendidement mise en scĂšne, illustrĂ©e et colorisĂ©e. Les couleurs sombres, verdĂątres presque glauques, rendent le dĂ©cor lourd, grandiose et impressionnant. Les jeux d’ombre et de lumiĂšre, couleurs rouge sang et feu, vrillent l’espace des flamboiements de lutte et de terreur. Du tout se dĂ©gage une impression de dĂ©chainement de forces opposĂ©es oĂč mieux vaut ĂȘtre hĂ©ros qu’infirme. La vie en ces temps lĂ  est plus que rude, rudes aussi les relations humaines, et l’espiĂšglerie de la jeune Sieglind a bien du mal Ă  Ă©gayer l’atmosphĂšre. MĂȘme Ă©mu par sa jeunesse et son intrĂ©piditĂ©, Pied de fer ne lĂąche pas d’un pouce. Le second et dernier volume dira ce qu’il en advient.