Picolette

GARANCHER Laure

Au Surinam, dans la forĂȘt amazonienne, deux Indiens, le pĂšre et le fils, Alimiye, attrapent une picolette, un oiseau chanteur. Le pĂšre la vendra Ă  la ville, Paramaribo, quand elle se sera habituĂ©e Ă  chanter en cage. Le lendemain, la soeur, au collĂšge en ville, rentre avec ses camarades, l’annĂ©e est finie ; comme plusieurs autres filles, elle est enceinte. À Paramaribo, Joey, taxi dĂ©butant, charge un jour un client, Max, qui participe Ă  des concours de picolettes. Curieux, il va y assister, puis Ă©conomise pour acheter un oiseau -au pĂšre d’Alimiye.  Max lui donne des conseils. L’autrice est une ancienne de l’OMS qui a beaucoup voyagĂ©. C’est donc une vision actuelle, dĂ©pourvue de clichĂ©s et de folklore, qu’elle donne du Surinam et des Indiens. Sans Ă©luder les problĂšmes qui peuvent exister (les grossesses des adolescentes indiennes, la vie difficile des orpailleurs clandestins, les relations hommes/femmes empreintes de machisme), l’histoire se concentre sur Max, son projet de faire de l’oiseau un champion et sa rencontre avec une jeune BrĂ©silienne. La picolette exprime ses pensĂ©es dans des bulles bleues, pour un pendant comique.  Le ton est rĂ©solument optimiste et tendre, le dessin demi-rĂ©aliste s’orne de jolis portraits d’oiseaux et l’on s’attache rapidement aux personnages. Un joli conte amazonien.   (M.D.)