Philibert Merlin apprenti enchanteur

CONSTANT Gwladys

Dans la famille Merlin, les grands-parents, leurs enfants et petits-enfants sont des enchanteurs qui utilisent leur don magique pour soulager l’humanité. À 9 ans, Philibert le septième enfant semble normal. Son don ne peut être qu’exceptionnel ! Mais il cherche désespérément son talent. Toutes ses expériences tournent à la catastrophe : il intoxique un camarade, manque de faire exploser l’école… Philibert sombre dans la tristesse, serait-il le vilain petit canard de la famille?  Le héros vit entouré de personnalités séduisantes aux noms prestigieux qui font preuve de bienveillance à son égard. À la fois séduit, jaloux et inquiet face à ces surdoués, il peine à trouver sa voie. L’histoire progresse lentement, dégouline de bons sentiments, et se perd dans  de nombreuses répétitions. Ce récit niais ne suscite ni émotion, ni intérêt. Finalement l’intrigue bien mince aboutit à un dénouement heureux qui ne suffit pas à sauver cet insipide petit roman.(F.C. et M.-F.L.-G.)