Petit Jean

VITT√Č Louis-Olivier

Corr√®ze, ann√©es soixante. Marie a quitt√© la ferme de ses parents pour travailler comme ouvri√®re dans la scierie d‚Äôun bourg voisin. Les conditions de vie sont tr√®s dures. Patron tout-puissant, Danssault lui fait des avances‚Ķ Mais c‚Äôest un riche et beau jeune homme qui la s√©duit, puis l‚Äôabandonne. Elle √©l√®ve seule son enfant. Pas tout √† fait seule cependant‚Ķ¬†¬†Animateur de radio et √©crivain, Louis-Olivier Vitt√© (La femme qui voulait voir la mer, NB mars 2019) situe son roman dans sa province de pr√©dilection, entre deux √©poques. Entre bourgeois d‚Äôune part, paysans et ouvriers de l‚Äôautre, le foss√© se manifeste sur tous les plans : les ¬ę pauvres ¬Ľ, souvent m√©fiants et violents, mais solidaires et chaleureux ; les ¬ę ¬†nantis ¬Ľ, m√©prisants et sans coeur‚Ķ mais pas forc√©ment. L‚Äôalcoolisme chevauche les fronti√®res et toute conduite contrevenant aux r√®gles sociales fait scandale partout. Dans ce roman au th√®me banal et maintes fois exploit√©, certains personnages manquent de vraisemblance : un ignoble harceleur devenant grand-p√®re¬†attentionn√©, un amoureux timide se muant en alcoolique volage ; l‚Äôh√©ro√Įne principale, fi√®re, belle, bonne, s‚Äôav√®re susceptible de faiblesses. Heureusement, le personnage attachant de son fils f√©d√®re les √©l√©ments les plus ouverts de la soci√©t√©.¬† (L.G. et E.L.)