Patrick (Capricorne ; 11)

ANDR√ČAS

& &

 

Apr√®s de multiples aventures pleines de p√©rip√©ties et de violences, l’auteur fait une pause, comme s’il avait besoin de souffler et de m√©diter.

Son h√©ros, laiss√© pour mort dans l’√©pisode pr√©c√©dent, est recueilli par un homme qui vit solitaire dans la campagne. La p√©riode de convalescence donne aux deux hommes l’occasion de parler longuement sans qu’il se passe rien, et de d√©couvrir la cause du d√©vouement de l’h√īte providentiel. La tristesse et la morosit√© transpirent √† toutes les pages : les personnages aux visages √©maci√©s tra√ģnent derri√®re eux leurs souffrances morbides ; l’amoncellement de cases uniquement horizontales √©crase un r√©cit dans lequel les h√©ros n’ont pas la place de respirer, et les couleurs fortement contrast√©es apportent au propos une forte tonalit√© de duret√©. En bref, cet √©pisode ne laissera pas grand souvenir en dehors de la virtuosit√© technique d’une mise en page qui ressemble √† un exercice de style.