Patagonie route 203

VARELA Eduardo Fernando

Parker, routier, fait des va-et-vient entre les vallĂ©es fertiles de l’ouest de l’Argentine, au pied des cordillĂšres, jusqu’aux ports de la cĂŽte atlantique. Il travaille pour un commanditaire auquel il donne des nouvelles sporadiques, en particulier quand une avarie grave du camion le retarde. Une immobilitĂ© forcĂ©e qui lui permet de rencontrer MaytĂ©n, jeune et jolie mĂ©tisse, Ă©pouse frustrĂ©e d’un forain. Elle le suit, mais la vie d’errance finalement banale qu’elle dĂ©couvre avec lui finit par l’exaspĂ©rer. Elle part avec un journaliste chasseur de scoops. Sa route va-t-elle rejoindre Ă  nouveau celle de Parker ?

Ce conte, premier roman d’un scĂ©nariste, saluĂ© par la critique pour le renouveau qu’il a apportĂ© en 2019 Ă  la tradition littĂ©raire sud-amĂ©ricaine, est un long parcours onirique dans les plaines immenses de la pampa argentine. Les dialogues loufoques avec des personnages carnavalesques, contradictoires et dĂ©routants rappellent les jeux dadaĂŻstes et surrĂ©alistes des grands Ă©crivains argentins, notamment Julio Cortazar. L’auteur sait recrĂ©er une atmosphĂšre trĂšs imagĂ©e de la Patagonie et donne ainsi un cadre Ă  des pĂ©ripĂ©ties rocambolesques. Le hĂ©ros du roman, solitaire et nĂ©anmoins trĂšs sociable avec les hurluberlus qu’il croise lors des Ă©tapes, est une sorte de Quijote, chevaleresque avec sa belle, en lutte contre les vents contraires (titre original « La marca del viento ») et disponible pour les aventures les plus burlesques. (M.Bi. et F.L.)