Parure d’emprunt

FOX Paula

Paula Fox (C√īte ouest, NB janvier 2008) revient sur les dix-huit premi√®res ann√©es de sa vie. Un itin√©raire nomade et pr√©caire. Celui d‚Äôune enfant d√©laiss√©e par des parents intellectuels, mondains, prodigues. Elle scrute ses souvenirs comme on feuillette un album de photos. Et r√©anime sans √©moi, au coeur d‚Äôinstants saisis, de lieux revisit√©s, de situations narr√©es, ceux qui furent son premier cercle. De New York √† New York, elle s‚Äôancre pour un temps toujours impr√©visible √† Hollywood, Cuba, Long Island, dans le New Hampshire, en Floride ou √† Montr√©al. Le ton est distanci√©. Neutre. Vide de sentiment ou de ressentiment. Elle-m√™me, incertaine, inconsistante, dispara√ģt derri√®re l‚Äôautre : un touchant pasteur, une grand-m√®re besogneuse, un p√®re alcoolique narcissique, une m√®re fantasque et incons√©quente‚Ķ ¬†Malgr√© une r√©elle subtilit√© pour interpr√©ter et √©paissir l‚Äôinstabilit√© du provisoire, une sorte d‚Äôennui na√ģt de cette projection de flashes figeant des moments trop √©ph√©m√®res pour autoriser tout attachement.