Oliver Twist, de Charles Dickens ; 1

DAUVILLIER Loïc, DELOYE Olivier

& & &

 

Oliver voit le jour à l’hospice, sa mère y meurt. Confié à une nourrice puis à l’orphelinat, l’ingénu devient vite une forte tête. Placé chez un croque-mort qui le prend en affection, il est victime de la jalousie d’un employé et rendu à l’institution dont il s’échappe. Dans la rue, un jeune monte-en-l’air le conduit chez son patron. Oliver apprend le « métier » mais sa première sortie tourne mal.

Cette adaptation du roman de Charles Dickens reprend les dix premiers chapitres de l’oeuvre, ancrée à l’époque victorienne. Le héros désarmant de candeur, vif, intelligent et prompt à la rébellion, se bat dans une jungle d’orphelins retors et d’adultes cupides et cruels. Dans un découpage classique et une palette en demi-teinte, le trait fin, précis et légèrement caricatural, privilégie l’action et campe les attitudes avec réalisme et humour, accentuant le jeu des physionomies : bouilles rondes aux yeux candides, trognes édentées, faciès de harpies.