Nola forever

FERNANDEZ Fabien

Julian et Roxanne, jeunes amants aux parents ennemis, se sont donnĂ© la mort en plein ouragan. Tous les mĂ©dias locaux, les rĂ©seaux sociaux parlent et s’interrogent sur ces RomĂ©o et Juliette de Nola, l’autre nom de la Nouvelle-OrlĂ©ans. La journaliste Dakota Shakespeare souhaite faire la lumiĂšre sur la naissance de leur amour et sur le contexte de leur disparition, que ce soit par des filatures ou des visionnages de vidĂ©os du jeune couple.  À partir d’un phrasĂ© saccadĂ© qui se veut musical et de rĂ©fĂ©rences en pop culture contemporaine, l’auteur aspirait Ă  transposer Ă  notre Ă©poque l’ampleur et la fougue de la tragĂ©die de Shakespeare. Des ambitions trĂšs Ă©lĂ©vĂ©es pour un rĂ©sultat dĂ©cevant : l’ambiance est sordide de bout en bout, le style d’Ă©criture est de qualitĂ© mĂ©diocre et les personnages n’ont aucune Ă©paisseur. L’empathie pour les amants de Nola n’est pas au rendez-vous. (P.E. et M.-T.D.)