New Bedford. (Moby Dick ; 1.)

P√ČCAU Jean-Pierre, PAHEK Zeljko

Isma√ęl raconte son premier embarquement, sur un quai de New Bedford, pour la chasse aux ast√©ro√Įdes, sources de minerais pour la Terre qui a √©puis√© ses richesses. Difficile (et dangereux) de se faire admettre parmi les harponneurs, surtout sans la carte du Syndicat. Queequeg, natif des √ģles de la Lune, l’aide √† embarquer comme informaticien √† bord du Pequod, conduit par le capitaine Achab.

Ce space opera original joue sur la trame d’un des romans les plus populaires de la litt√©rature am√©ricaine, adaptant l’esprit de l’oeuvre tout en conservant les patronymes imagin√©s par Melville. Achab, d√©figur√© par l’explosion d’une grande com√®te blanche, Moby Dick, est pr√™t √† abandonner une campagne fructueuse pour se lancer √† la poursuite d’un ennemi monstrueux dont on se demande, comme dans l’oeuvre √©ponyme, s’il est dou√© de conscience. La folie du capitaine, les dangers de la navigation, les espaces intersid√©raux sont rendus de mani√®re saisissante par un travail sur les ombres et lumi√®res qui cr√©e l’illusion du relief dans d’√©tonnantes architectures imaginaires. Visages aux traits accus√©s, couleurs aux transparences subtiles transportent dans un autre monde. La fin de l’histoire para√ģtra dans le deuxi√®me volume tr√®s attendu !