Mon vieux ; 1

MORIYAMA Tsuru

Une maison qui br√Ľle ? Un homme qui brutalise sa fille ? Une attaque de gangsters ? – Peu importe. Takesha est l√†. Coutur√© de cicatrices, mais invincible, arm√© d’une pelle, d’une matraque ou d’un tesson de bouteille, il va tuer, r√©duire en bouillie, hacher menu tout ceux qui oseront attaquer sa famille. Sa seule nourriture est le sak√© qu’il boit par bassines enti√®res. La prison ou l’h√īpital ne sont que des √©pisodes. S’il fr√īle la mort, toujours il reviendra vainqueur, p√®re exigeant et tyran domestique.

Le propos de l’ouvrage est parait-il d’illustrer ¬ę¬†le concentr√© d’amour paternel et de virilit√©¬†¬Ľ. En l’occurrence, il s’agit surtout de bains de sang, heureusement l’image est en noir et blanc, surtout en noir d’ailleurs. Autrement, le rouge jaillirait au visage du lecteur et lui d√©goulinerait presque sur les mains. Pour les amateurs de cette version moderne des r√©cits h√©ro√Įques japonais, il reste deux tomes √† para√ģtre.