Meurtres en majuscules

HANNAH Sophie

1929. Hercule Poirot est en vacances dans une pension londonnienne où il a sympathisé avec un jeune inspecteur de Scotland Yard. Ce dernier est bouleversé par l’étrange assassinat simultané de trois personnes dans un hôtel chic. Chaque victime a un bouton de manchette dans la bouche. Poirot s’y intéresse d’autant plus qu’il a croisé, dans son restaurant préféré, une femme à l’air inquiet et qu’il pense liée à l’affaire. Les deux enquêteurs interrogent méticuleusement le personnel de l’hôtel, le frère d’une victime, et comprend qu’un drame passé pourrait être la clé des meurtres. Sophie Hannah (Les monstres de Sally, NB septembre 2011), fan d’Agatha Christie, a eu carte blanche pour imaginer une nouvelle enquête du célèbre détective. Le fidèle Hastings est remplacé par un jeune inspecteur tout aussi transparent ! On retrouve les petites manies de Poirot, sa façon de mener les enquêtes, de trouver des pistes dans des détails apparemment anodins, ainsi que l’atmosphère de l’époque et le village anglais qui cache des rancoeurs sous une apparence paisible. Les nombreux dialogues, quelques pointes d’humour, les fausses pistes et autres retournements de situation rendent la lecture plaisante. Selon la tradition, Poirot donne en public sa grande explication finale… légèrement tirée par les cheveux ?