Meurtres en famille.

Inconnu

RĂ©unies en un seul livre, en 2001 et 2003, les nouvelles de plusieurs grands auteurs de roman policier ont reçu un Ă©cho favorable auprĂšs des lecteurs, encourageant Ă  renouveler le deal
 Ici, les thĂšmes de prĂ©dilection sont les secrets soigneusement tus, l’intimitĂ© des meurtriers avec leurs victimes, les apparences toujours trompeuses. Certaines nouvelles sont traitĂ©es avec humour, vivacitĂ©, dans des milieux trĂšs typĂ©s de la joaillerie, du cinĂ©ma, par exemple celle de Susan Isaacs ou celle de Peter Straub. D’autres trĂšs conventionnelles, d’intĂ©rĂȘt moindre, ne feront pas vibrer les amateurs de polar : « Une fille nommĂ©e Charlie », « Un hĂ©ritage encombrant ». Les deux plus intĂ©ressantes sont : « Une drĂŽle d’impression » de Mary Higgins Clark : la perte d’un enfant, ruminĂ©e pendant quinze ans, fait d’un homme un meurtrier en sĂ©rie ; et « En mai, sauve qui peut ! » de Joyce Harrington qui dĂ©voile une finesse psychologique, une sensibilitĂ© pleine d’humour et un vocabulaire particuliĂšrement bien choisi pour dĂ©crire ambiances et situations. Il reste Ă  savoir si ces Meurtres en famille raviront encore une fois les fidĂšles lecteurs !