Médecine au coeur.

BUSSI√ąRE Sandrine

En 1988 Sandrine Bussi√®re accepte de cr√©er et diriger un service destin√© aux malades atteints du sida. Consciente de la n√©cessit√© d‚Äô√™tre proche des patients et de leur famille, elle forme une √©quipe soignante solidaire o√Ļ, hors toute hi√©rarchie, on √©change, partage savoir et exp√©rience, pour accueillir le plus chaleureusement possible ces souffrants marginalis√©s, prendre le temps d‚Äô√™tre disponible, d‚Äô√©couter avec attention, respecter la personne. Cette coh√©sion constitue une indispensable soupape de d√©compression en regard de la charge √©motionnelle g√©n√©r√©e par des situations inextricables. Depuis 1997, √† cause du d√©ficit de la S√©curit√© sociale, les m√©decins sont soumis aux directives contraignantes d‚Äôune administration pl√©thorique les transformant en robots anonymes contraints d‚Äôappliquer des directives visant √† r√©duire le personnel m√©dical. Brimades, vexations perturbent la relation patient-soignant pour aboutir √† la fermeture du service en 2002 ; quinze ann√©es de lutte annihil√©es. ¬†Hommage convaincant √† la m√©decine √† visage humain o√Ļ une approche subtile, intuitive, un climat de confiance et d‚Äôamour sont aussi importants que les connaissances. Le r√©cit est si suggestif qu‚Äôon croirait parfois ressentir l‚Äôambiance, souvent poignante, √©voqu√©e.