Malheur aux pauvres.

VERGÈS Jacques

&

 

« La justice est aveugle et sourde… aux malheurs des pauvres » « Impunité pour les riches » « La justice pardonne aux riches, même coupables, mais condamne les gens sans relations, même innocents… » C’est, bien illustrée par ces têtes de chapitres, à la mise en accusation d’une justice inégalitaire que s’applique Jacques Vergès à travers des affaires célèbres : disparues de l’Yonne, vedettes de Taiwan, meurtre de Caroline Dickinson, condamnation à mort de Christian Ranucci,histoire d’Omar Raddad, etc. Connaissant l’auteur, on ne s’étonnera pas de sa “grille de lecture” et il est bien évident qu’il y a toujours et partout de graves dysfonctionnements judiciaires, dont certains paient lourdement les frais. Mais les pauvres en sont-ils les seules victimes ?

 

On peut en tout cas regretter qu’un avocat comme Jacques Vergès se lance dans des démonstrations aussi simplistes et sommaires pour défendre sa thèse. Et d’ailleurs, comment en deux cents pages, décortiquer, analyser, expliciter honnêtement des affaires si complexes dans lesquelles (il le dit lui-même) demeurent encore souvent bien des inconnues ?