Ma vie n’est pas un roman

BRONSKY Alina

Lors d’un lecture en librairie, Kim n’en revient pas : les extraits du roman qui viennent d’√™tre lus, c’est sa vie, √† quelques d√©tails pr√®s ! Kim, qui ne lit jamais, acquiert le roman qui conforte son sentiment d’√™tre l’h√©ro√Įne d’une fiction. Le b√©mol, c’est que le roman se cl√īt sur la mort d’un jeune homme. Pour l’adolescente, aucun doute : la vie de son camarade de classe, Jasper, est en danger. Avec l’aide de Petrovna, sa meilleure amie depuis toujours, au caract√®re bien tremp√©, elle d√©cide de reprendre sa vie en mains et de contacter l’auteure qui doit r√©√©crire son histoire…¬†¬†Est-ce la fiction qui rejoint la r√©alit√© ou bien l’inverse ? Le roman s’amuse √† brouiller les pistes avec un jeu m√©tafictionnel, questionnant au passage l’effet-miroir entre le lecteur et ce qu’il projette au cours de sa lecture. Le r√©cit est alerte et enlev√© bien que l’intrigue, peu cr√©dible, tourne un peu en rond, voire en digressions parfois inutiles. Les personnages sont caricaturaux √† souhait : certains s’en amuseront pour l’effet d√©jant√© produit, d’autres s’en agaceront sans doute. (P.E. et M.-J.C.)