Ma robe couleur de fruits

GALLOT Myriam

Lyna et Élodie, sa petite soeur, vivent en harmonie avec leur père et sa compagne qui décident de se marier. Les filles rêvent, font du lèche-vitrines, essayent des robes de princesse. C’est beaucoup trop cher ! Elles entrent alors en relation avec Françoise, une couturière bénévole qui les aide à confectionner des robes originales, tulle pour le jupon, et fruits en tissus appliqués sur le taffetas ivoire. Au-delà de l’intrigue, l’auteure fait partager la pauvreté de la famille : le chômage du père qui vient de retrouver un petit boulot, la banque alimentaire où l’on ne choisit pas ses gâteaux, les vêtements récupérés pour s’habiller, rarement au top.  Il n’y a pas de pathos, la famille est aimante, équilibrée (la belle-mère est la « fée lilas »), attachante. Les « femmes »  partagent la joie de créer un modèle unique de robe et de le confectionner samedi après samedi. Il y a une vraie atmosphère, mais le sujet : la découverte de la couture, est un peu mince et donne lieu à beaucoup de descriptions.(J.G. et F.E.)