L’or du chemin

PR√ČVAL Pauline de

Florence, Quattrocento. Fils de teinturier, le jeune Giovanni ne r√™ve que d’√™tre peintre ; chass√© par son p√®re, il entre dans l’atelier d‚Äôun disciple de Giotto, Starnina, o√Ļ il progresse dans l‚Äôart de la fresque et devient son premier assistant. Il rencontre Brunelleschi qui l’exhorte √† travailler toujours plus, et surtout il tombe amoureux de Leonora, dont la famille le rejette. Il l’enl√®ve, l’√©pouse en secret, mais elle est reprise et enferm√©e dans un couvent o√Ļ elle meurt de la peste. D√©sesp√©r√©, il m√®ne une vie d‚Äôerrance avant de revenir √† sa vocation, la peinture.¬†¬†La journaliste Pauline de Pr√©val nous donne ici son premier roman. Elle s’est bien document√©e sur la Renaissance florentine, et son h√©ros, personnage fictif attachant, √©volue parmi les artistes les plus connus de l‚Äô√©poque. Tous se posent des questions sur les techniques, la recherche de la lumi√®re, la finalit√© de l‚Äôart et le sens de la vie. Un roman d‚Äôapprentissage, mais aussi une qu√™te mystique qui auraient pu retenir l‚Äôattention s‚Äôils n‚Äôavaient √©t√© desservis par un style souvent alambiqu√© et des envol√©es lyriques convenues.¬† (D.C. et M.S.-A.)