Loin des bras

ARDITI Metin

1959. Ils sont tous enseignants √† l‚Äôinstitut Alderson, un internat suisse chic. Depuis la mort du directeur, les affaires vont moins bien et sa veuve songe √† vendre l‚Äô√©tablissement √† des Am√©ricains. Les professeurs seront-ils conserv√©s¬†? Ils sont venus d‚Äôhorizons diff√©rents avant d‚Äô√©chouer sur les rives du lac L√©man. √Ä quoi est due la tristesse de Vera, une rempla√ßante¬†? Petit √† petit, tous ces personnages prennent vie et √©paisseur. Chacun d‚Äôentre eux, ainsi que quelques √©l√®ves aussi, r√©v√®le son pass√© et sa solitude¬†: le Turc qui r√™ve de refaire sa vie √† Istanbul, la veuve d‚Äôun chercheur nazi qui se ruine au jeu, le Juif autrichien qui traduit Kafka, et les autres, tellement vivants et attachants‚Ķ √Ä travers eux, en un kal√©idoscope, danse le ballet de l‚ÄôEurope de la premi√®re moiti√© du XXe si√®cle. Metin Arditi a v√©cu cette √©poque, a connu la solitude, mais aussi l‚Äôentraide de l‚Äôinternat. Quel talent de description et quel sens de la psychologie dans cette construction habile et astucieuse, d√©j√† reconnus dans La fille des Louganis (NB ao√Ľt-septembre 2007)¬†!