L’ogrionne anorexique

POSLANIEC Christian, PEF

Chez les ogres on se nourrit de petits enfants, et on aime √ßa. Aimer, ce verbe trouble Adela√Įde, l’ogrionne, car son p√®re dit ¬ę l’aimer ¬Ľ et Lionel, son amoureux, aussi. Inqui√®te, elle perd l’app√©tit. On interroge divers psy et m√™me l’astrologue : en vain. Adela√Įde se prend alors en main et propose des √©preuves √† Lionel : Ferrer la licorne, Amidonner la chemise de la sorci√®re, Intimider le diable des rochers, Ma√ģtriser le dragon d√©glingu√©‚Ķ La FAIM revient pour un nouveau r√©gime alimentaire. Et c’est depuis ce temps-l√† que les ogres ne mangent plus d’enfants.

Ce conte, ¬ę √† l’ancienne ¬Ľ comme disent les auteurs, travaille sur un double registre. Au premier degr√©, l’humour noir peut amuser bien avant l’adolescence, tandis que les parents y trouveront des √©chos √† leurs interrogations : faut-il aimer ses enfants pour les garder, les manger, ou les aider √† √™tre eux-m√™mes ? Le d√©cryptage du th√®me est facilit√© par un dessin inventif et savoureux : les personnages, tout en rondeurs, s’√©talent sur les pages grand format, caricatures expressives mais pas effrayantes relev√©es de crayon gras aux couleurs acides. √Ä se mettre sous la dent, pour rire de 9 √† 99 ans.