L’Officiante

CL√ČMENSON Catherine

Catherine, la narratrice, vient de mettre en vente sa maison de Noirmoutier, h√©rit√©e d’une vieille tante, o√Ļ elle a pass√© une partie de son enfance et de sa jeunesse. Elle accompagne un couple dont elle pressent, √† leurs r√©actions, qu’ils seront les futurs acqu√©reurs. Tout en leur faisant faire le tour du propri√©taire, elle accomplit pi√®ce par pi√®ce un difficile travail de m√©moire teint√© d’amertume et d’humour. S’adressant √† son petit-fils Sathya, elle fait revivre les figures marquantes de la famille, les meubles, les menus objets, le jardin‚Ķ ¬ę¬†Passeuse de m√©moire¬†¬Ľ, elle accomplit cette visite comme une sorte de c√©r√©monie intime dont elle serait L’Officiante.

¬†Le th√®me de la maison de famille et des souvenirs qui s’y rattachent n’est pas nouveau. On a tous un petit coin d’enfance enfoui quelque part. Chacun appr√©ciera selon son temp√©rament cette √©vocation nostalgique dont l’√©criture, classique et concr√®te, ne manque pas de sensibilit√© m√™me si on a parfois l’impression que tout cela est un peu fabriqu√©.