L’oeil du corbeau (La jeunesse de Sherlock Holmes ; 1)

PEACOK Shane

Les biographies sont dans l’air du temps. Celles des h√©ros imaginaires reviennent sur la p√©riode la moins connue de leur vie – leur jeunesse. Ce premier √©pisode r√©pond aux lois du genre : construire une v√©ritable intrigue tout en expliquant des traits de caract√®re. Voici donc Sherlock Holmes, enfant des quartiers pauvres de Londres, fils d’un professeur juif que son origine contraint √† se contenter d’un emploi au Crystal Palace o√Ļ il soigne les oiseaux, et d’une aristocrate reni√©e par les siens et r√©duite √† enseigner la musique dans les beaux quartiers.

Justice et V√©rit√©, tel sera le combat de l’adolescent malingre qui n’h√©site pas √† tout risquer pour innocenter un Arabe accus√© du meurtre sanglant d’une jeune femme. White Chapel, les pr√©jug√©s sociaux, et quelques allusions √† Disraeli, campent le d√©cor victorien d’une affaire digne de Jack l’Eventreur. Le talent d’observation, le go√Ľt du myst√®re, la loupe et les d√©ductions subtiles viennent en plus, avec un inspecteur born√© au fils prometteur (Lestrade, bien s√Ľr !) et un philanthrope nomm√© Doyle (Andrew Doyle !). Rajoutez les gamins des rues et un chien encombrant, et le d√©tective de Baker Street appara√ģt en filigrane dans un suspense passionnant m√™me si l’on n’a pas encore lu les m√©moires du Docteur Watson. 12 ans.

R.F.