L’Imp√©ratrice des roses.

P√ČCASSOU-CAMEBRAC Bernadette

En 1865, na√ģt Alba, enfant de p√®re inconnu. Sa m√®re, corseti√®re de son √©tat, vit au seuil de la pauvret√©. L‚Äôavenir d‚ÄôAlba para√ģt bien sombre. Mais une succession d‚Äô√©v√©nements, de rencontres et surtout son courage et sa rage de s‚Äôen sortir la propulsent, au bout de quelques dures ann√©es, sur le devant de la sc√®ne de la vie artistique parisienne. En effet, elle poss√®de un don merveilleux¬†: elle peint des roses √©poustouflantes de v√©rit√©. Apr√®s avoir suivi avec succ√®s des cours dans un chic atelier de dessin, elle s‚Äôimpose. Elle finit par exposer au Salon et remporter, apr√®s beaucoup de contretemps et de d√©sillusions, un vif succ√®s avec quelques-unes de ses amies (Marie Bashkirtseff, Madeleine Lemaire).

 

Sur un fond furieusement romanesque, comme pour Le Bel Italien (N.B. juil. 2003) o√Ļ elle rencontre un certain Fr√©d√©ric, plein de contradictions et joueur inv√©t√©r√©, l‚Äôauteure √©voque assez agr√©ablement une √©poque, un milieu et surtout la condition de femmes qui luttent pour s‚Äôimposer dans le monde, √ī combien misogyne, de l‚Äôart √† la fin du XIXe si√®cle.