L’heure bleue

SCOTTI Daria Michel, MARINONI Antonio

L‚Äôheure bleue, ce moment √©trange o√Ļ le jour c√®de √† la nuit o√Ļ l‚Äôesprit est pr√™t √† se laisser s√©duire par le monde imaginaire‚Ķ Abandonn√© sur un banc de gare, un livre tombe entre les mains d‚Äôun voyageur. Confortablement install√© dans le train , l‚Äôhomme se plonge dans la lecture du journal intime d‚ÄôHortense des Orph√©es. Cette jeune fille du 18e si√®cle √©tait tomb√©e √©perdument amoureuse du Comte de Saint-Germain, intrigant alchimiste √† la r√©putation sulfureuse, myst√©rieusement disparu dans les montagnes suisses‚Ķ

Par la fen√™tre du compartiment d√©filent les paysages √©voqu√©s, grisailles inspir√©es de gravures anciennes, tandis que le passager vit une √©trange aventure o√Ļ les personnages du pass√© prennent vie et l‚Äôassocient √† leur qu√™te r√©ciproque. Voyageur ou h√©ros romanesques n‚Äôapparaissent qu‚Äôen silhouettes noires, √† la mani√®re des papiers d√©coup√©s du 18e, donnant la priorit√© au r√©cit et aux d√©cors. Plaisir¬† litt√©raire et esth√©tique, plaisir de perdre ses rep√®res, plaisir sensuel aussi d‚Äôun papier de qualit√©, plaisir de deviner des r√©f√©rences artistiques r√©pertori√©es en fin d‚Äôouvrage¬†: un beau livre qui t√©moigne du pouvoir de la lecture.