Les voyageurs de l’aube

GOUGAUD Henri

Dans le désert égyptien, Nathan le Copte surveille la lumière allumée sur le toit de son misérable ermitage, repère pour les caravanes et les voyageurs égarés. Il va bientôt mourir, quand surgissent des dunes des marcheurs épuisés : Madjid l’errant, Hilarion le moine brigand, Adour le joueur de luth, Zahra, une courtisane enceinte, et quelques autres. Après la mort de Nathan, installés dans sa cabane, ils meublent l’attente de la caravane en racontant chacun son histoire. Or ils découvrent que leurs vies se sont déjà croisées sur les chemins de Bagdad, de Damas ou d’Ispahan. Ces dix jours d’attente vont-ils changer leurs destins ? Henri Gougaud est un conteur talentueux (Le roman de Louise, NB juillet-août 2014). Il évoque la magie de l’Orient à travers les aventures de personnages pittoresques. Leurs récits s’emboîtent, peuplés de despotes cruels, de jolies princesses, de favorites ambitieuses et d’êtres repoussants reclus dans des forêts profondes. Une fresque de leurs drames, de leurs espoirs, de leur quête de vérité, de pardon ou de vengeance, avec en toile de fond ce désert qui « ressemble à Dieu ». Manque peut-être au style de ces fables un peu du langage fleuri des contes persans. (C.-M.M. et D.A.)