Les Tabor.

MOSES Emmanuel

& &

 

En 1937, après l’avènement du nazisme, une famille de juifs berlinois obtient l’autorisation d’émigrer à Amsterdam. Léo et Julia sont juristes ; Zacharie, leur fils unique a neuf ans. Le roman s’écoule sur moins d’une année ; l’auteur y décrit le quotidien de cette famille qui trouve péniblement à se loger dans un minuscule meublé tenu par une pittoresque veuve. Léo et Julia s’épuisent vainement à chercher un emploi, cependant que l’atmosphère d’Amsterdam est de plus en plus polluée par le racisme ambiant. Les colères spectaculaires de Léo sont tempérées par l’inépuisable optimisme de Julia qui rend la vie supportable à ce couple déraciné.

 

On retrouve le ton juste, le style enlevé et descriptif des précédents romans de l’auteur (La vie rêvée de Paul Averroès, N.B. nov. 2001) qui s’est inspiré des souvenirs rapportés par sa famille. La trame historique de cette période est respectée, les caractères des personnages sont bien campés, mais l’absence de divisions en chapitres et de nombreuses longueurs rendent la lecture un peu fastidieuse.